514.528.5924
jp@villemure.net

mixage et/ou mastering | Voir la liste détaillée [pdf]

Philippe Brach Sunny Duval Samuele Eve Cournoyer Urbain Desbois Someurland Le Husky Navet Confit L'Indice #Numéro Michèle O. Les incendaires Dramatik Lazy Lovers Balmoral Prince Mychkine Maxime Auguste Syzzors Bolduc tout croche Travelling Headcase Bermudes Maison Brume Marc-Antoine Larche Chahut d'ruelle Francis Faubert Amour à jeun Leela Cou Coupé Sébastien Lafleur Le Havre Les Shirley JohnE5 Lo Ra Maude Audet Mykalle Liliane Pellerin Apadoorai Flavie Atchoum MONDE À PART Messieurs, dames Jardins mécanique Sunminds Melodome La Bronze Les hôtesses d'Hilaire Kinnkajou Shékélé Un 1er mai Lac Estion Louis Beaudoin Stéréosaure Flo Mab The Urban Indians Meteor Ranchero Le Lem Nosbig Paul-Yanic Jjanice+ Guylaine Et Réjean x.Laplante Samian Cougar Cougar Electrolise Robopop

consultation/formation

J'offre des services de consultation et de formation individuels ou en groupe pour ceux qui désirent acquérir plus d'autonomie dans leurs productions. Vous apprendrez une méthodologie efficace et des petits trucs qui vont rehausser instantanément la qualité sonore de votre musique. Je peux me déplacer et vous accompagner dans votre mixage directement sur votre lieu de travail.

Voici certaines connaissances que je peux vous aider à perfectionner :

- Comprendre les bases de l'acoustique, de la psychoacoustique et de l'audionumérique.
- Comprendre les principaux paramètres des modules d'effets (EQ, Compression, Reverb, Saturation, etc)
- Préparer et mixer les pistes de batterie
- Nettoyer et mixer les pistes de voix
- Établir et concrétiser sa vision artistique.
- Faire soi-même un mix organisé et cohérent, prêt à l'étape du mastering
- Comprendre le rôle du technicien de mastering

J'ai publié le manuel "Mixer son propre album" qui accompagne mes formations. Vous pouvez le télécharger gratuitement ici.

blog

mercredi 3 septembre 2014

Démystifier l'étape du mastering

Je ne sais pas trop quand exactement j’ai commencé à pratiquer l’art subtil du mastering/matriçage (nous utiliserons le terme francisé pour la suite du texte, ok?).  

Au début ça provenait d’une nécessité.  Je n’avais tout simplement pas l’argent pour faire affaire avec des professionnels reconnus, j’essayais donc de me débrouiller tout seul.  La première fois que j’ai fait le matriçage d’un album complet pour quelqu’un d’autre c’est en 2007 pour le groupe JohnE5  qui nous ont offert à l’époque le succès radio “Comment ça va Marc Hamilton”.  







J’ai accepté un peu naïvement.  Avec surprise cela a assez bien fonctionné, la chanson passait à la radio sans trop de problèmes et se débrouillait plutôt bien entre deux autres chansons.  J’ai donc approfondi le sujet et me suis mis à poser des questions aux professionnels établis puis à lire des livres dont l’excellent et très complet “Mastering Audio : The art and the science” de Bob Katz, une référence dans le monde du mastering.  Pour le reste c’est de la pratique et l’expérience.  Près d’une centaine d’albums et/ou EP de matriçé plus tard, j’aimerais vous aider à démystifier ce processus en vous faisant valoir ma vision à ce sujet.


Processus

Pour ceux qui ont déjà eu à faire faire un matriçage professionnel, la première chose qui frappe l’oreille, c’est que le son est plus fort que le mix d’origine.  Généralement beaucoup plus fort!  Tout semble plus large, les basses plus lourdes et le tout est plus ouvert.  Mais attention, vous savez aussi bien que moi qu’il faut toujours comparer 2 sources sonores à volume égal pour éliminer un bias important (fletcher-munson) et évaluer de façon objective.  Un matriçage bien fait devrait améliorer tous les aspects d’un mix ET offrir un niveau sonore optimal pour le style musical en cause.  Le but n’est PAS de sonner absolument plus fort que les autres albums, c’est juvénile et stupide.  Comme le dit si bien Krishnamurti :La beauté existe là où l’ego n’est point”

Cette dernière étape de la production d’un enregistrement est le moment fait affaire avec un professionnel expérimenté, en qui on a totalement confiance, pour s’assurer d’un bon niveau de qualité avant de lancer notre musique figée sur un enregistrement, dans la nature.  Pour vulgariser, j’explique souvent que c’est comme si vous faisiez une bonne soupe sans les épices et que vous iriez à la rencontre d’un cuisinier que vous aimez et respecter pour sélectionner les bonnes épices pour rehausser votre plat avant de le servir.  Bref, c’est d’avoir recours à sa subjectivité.

Les traitements sonores doivent être très transparent, c’est-à-dire qu’ils devraient conserver les caractéristiques du mix original, l’améliorer sans le dénaturer.  Sauf indication contraire de la part de l’artiste, on ne devrait donc jamais entendre de distorsion qui n’étaient pas présentes dans le mix à l’origine.  La pièce devrait sonner aussi bien dans un gros système d’écoute que dans des écouteurs de iPod et ce à haut volume et à bas volume.  


Techniques   

On pourrait écrire un livre complet sur les techniques de matriçage.  L’approche varie d’un album à l’autre évidemment, car on veut respecter l’esprit de l’enregistrement et le déployer au maximum.  Tout comme au mixage, on ne peut espérer appliquer une recette éprouvée sur toutes les chansons.  Chaque chanson, chaque album requiert une certaine période de recherche et d’expérimentation.  De manière générale, pour être un bon technicien de mastering, je crois qu’il est important d’écouter énormément de musique, d’analyser, de comparer et de se tenir à jour dans notre conception de l’esthétique sonore.


  
 
À cette étape-ci, les égalisateurs et les compresseurs sont encore une fois nos outils privilégiés.  Cependant, nous cherchons ici à créer un point de focus là où l'énergie déployée sert le mieux la pièce au niveau émotif.  Par exemple, sur une pièce punk-garage très agressive nous aurions tendance à mettre l’accent sur les fréquences hi-mid et présenter la dynamique dans le “snare” et les guitares. Au contraire, pour une pièce hip-hop lente et lourde on aurait tendance laisser beaucoup de fréquences ultra-basse et présenter un accent dynamique dans le “bass drum” et la voix.  Bref, vous comprenez l’idée.

--

Lors du matriçage, nous n’avons généralement pas accès aux pistes séparées.  Heureusement il existe des outils qui permettent d’égaliser et de compresser en technique MID-SIDE, c’est un algorithme d’encodage inspiré le la technique de prise de son inventée par un certain Alan Bluemlein en 1934.  L’encodage MS permet de faire varier l’impression de largeur de l’image stéréo ou encore d’agir un peu plus précisément sur des instruments à l’intérieur d’un mix.  



Le limiteur est le plus grand ami du professionnel en matriçage (c'est un métier plutôt solitaire, ha!).  Il est important de faire beaucoup de recherche et de tests pour trouver le limiteur qui convient le mieux à l’esthétique sonore désirée.  Le limiteur est un compresseur rapide qui ne pardonne pas!  Il empêche les crêtes de passer au-delà d’un niveau déterminé.  Généralement on veut que le processus soit très transparent comme j’ai mentionné un peu plus haut.  Une caractéristique que je trouve très intéressante dans un limiteur est la possibilité d’avoir un ajustement automatique du gain (bouton “monitor”).  C’est-à-dire qu’on peut faire une comparaison des caractéristiques du son avec et sans limiteur à des niveaux sonores équivalent.

Pour terminer, une bonne suggestion que je peux vous faire serait de commencer à interagir avec le technicien lorsque l’étape du mix tire à sa fin.  Envoyez vos mix et demandez l’avis de la personne qui va faire votre matriçage, vous aurez des notes de mixage importantes qui vont éviter d’avoir à appliquer trop d’effets pour corriger les failles au processus final.


Questions et autres préoccupations       

Est-ce que c’est vrai que c’est mal de faire mixer et matriçer pas la même personne?

C’est vrai que c’est difficile. Pour ma part, je matriçe régulièrement les projets que je mix.  Avec l’expérience, je me suis aperçu qu’il est primordial de prendre une pause de quelques jours entre l’étape mixage et l’étape mastering.  On doit écouter complètement d’une autre manière la pièce musicale rendu à l’étape du master.  Donc, ce n’est pas vraiment “mal” mais il faut faire attention et se laisser du temps.  Avec beaucoup d'expérience on peut arriver à faire les 2 étapes sur un même projet.


Est-ce que ça me prend absolument des équipements matériels à un prix affolant?

Non, vraiment pas.  Comme j’ai dit à plusieurs reprises plus haut, nous devons viser un maximum de transparence à cette étape.  Le numérique se fait parfois reprocher sa froideur (ce qui ne veut strictement rien dire en termes objectifs).  Par froideur, je crois qu’on exprime que l’équipement numérique n’induit pas de saturation / distorsion et qu’il est généralement linéaire.  Et bien, c’est exactement ce que l’on recherche au matriçage.  Ne vous privez pas d’expérimenter et de faire ce que vous avez en tête simplement à cause de limitations matérielles.




Je pourrais faire un matriçage dans ma chambre à coucher?

Pas tellement tsé.  Ça prend un minimum de contrôle acoustique.  Pour mixer, c’est encore possible dans des conditions acoustiques moyennes, quoi que…  Cependant, une fois au matriçage, vous voulez un environnement optimal.  Si vous payez le gros prix, c’est pour les oreilles expérimentées du technicien et pour l’investissement dans l’espace acoustique.  


J’ai entendu parler de STEM Mastering, c’est quoi?

Simplement, il s’agit de fournir au technicien les pistes d’une chanson mixée de manière séparée.  Sans donner toutes les pistes, vous pouvez séparer le projet de cette manière, par exemple : Piste stéréo de percussions, basse, instruments harmoniques, instruments mélodiques, voix principale, voix secondaires.  Le technicien de matriçage va préserver l’intention et les balances du mix, mais aura plus de latitudes pour corriger certaines lacunes.



J’ai vu ce système de matriçage en ligne pas cher (LANDR), tu penses que c’est bien?

Honnêtement, de ce que j’ai entendu c’est correct, mais ça passe tout juste la rampe.  Pour faire le matriçage de démos, peut être.  Mais tant qu’à ça aussi bien appliquer un preset de limiteur et une petite passe d’EQ rapide.  Sinon, je ne crois pas tellement qu’un algorithme arrive prochainement à obtenir la sensibilité d’un être humain pour remplir cette tâche.  Peut être avec l’avènement de l’intelligence artificielle je commencerai à y croire.  Mais on est encore dans une logique d’algorithme ici, donc une recette programmée…  C’est faire fi de l’aspect créatif de l’étape du matriçage.


Vous appréciez mes articles?  Ayons une meilleure connexion.  Abonnez vous à ma liste d'envoi pour recevoir les articles directement dans votre boîte courriel.  Pas de SPAM, juste de l'information et de nouvelles connaissances.



Aucun commentaire:

suivez-moi sur facebook

derniers articles